Lent / La Grande Chose  
Yuna Mathieu-Chovet et Mélodie Mousset
25 mai / 25 juin 2005

vernissage le jeudi 25 mai dès 18h30

Du 25 mai au 25 juin, nous invitons le collectif LENT, qui présente ici sa première exposition, La Grande Chose.

 

LENT est né de la rencontre en 2003 de Mélodie Mousset (1981) et Yuna Mathieu-Chovet (1978) au cours de leur formation à l’ECAL en section arts visuels.

 

Mélodie Mousset développe un travail axé sur la sculpture, envisagée comme la production de formes étranges et abstraites. Elle attache une grande importance à la réalisation formelle de ses pièces : choix des matériaux (bois, métal, résine, papier mâché, pâte à modeler...), assemblage et dispositif final. Très loin de l’installatif trash, elle se concentre sur ce qu’est pour elle la sculpture : un objet. Mélodie se restreint à une forme, concentrant toutes sortes d’idées en une seule entité, chargée, à la fois minimale et exubérante, formaliste et poétique. De ses sculptures se dégage une poésie absurde, lunaire, comme si elles provenaient d’un monde imaginaire. Tout en tendant au surréalisme, ses pièces sont très tangibles par leur aspect fini. Mélodie Mousset crée des «présences», souvent inconfortables, car peu identifiables, desquelles se dégage beaucoup d’humour.

 

La photographie, tantôt abstraite et minimale, tantôt figurative et faite de mises en scène complexes, est le médium de prédilection de Yuna Mathieu-Chovet. Elle l’envisage comme une sculpture de lumière et l’appréhende avec une minutie extrême. Jouant avant tout avec l’éclairage, qu’elle focalise sur certains éléments, elle donne un contexte artificiel, même quelques fois théâtral, aux sujets qu’elle fixe sur la pellicule. Yuna élabore des paysages où la lumière donne une dimension différente, brouille nos repères pour mieux dessiner un monde irréel, peuplé de phénomènes étranges et drôles.

 

Entre perfectionnisme formel et surréalisme, les projets personnels de Mélodie Mousset et de Yuna Mathieu-Chovet se rencontrent au sein de LENT. Elles signent des créations communes, comme des robes en peinture jetée sur un corps nu, habits somptueux sculptés par la capacité de l’appareil photographique à fixer une seconde. A contre-courant d’une certaine tendance actuelle, LENT fait l’éloge de la réflexion, du rendu, contre la vitesse d’exécution et la production tous azimuts, et privilégie l’aspect formel intimement lié à l’idée de création.

 

La Grande Chose, c’est le fantasme de l’œuvre incontournable, pleinement aboutie et grandiloquente, avec une sérieuse dose d’humour.

Infos artiste(s) complémentaires :

 

Lent_dossier_de_presse.pdf



RETOUR