MATHIAS SCHMIED  
AMOK
7 septembre / 08 octobre 2005

Vernissage le 8 septembre 2005

En septembre, nous accueillons Mathias Schmied (F-1976) à l'occasion de sa première exposition en Suisse. Le travail de ce plasticien français formé à l'Ensba de Lyon s'articule autour de l'imagerie pop des comics, qu'il revisite à sa manière. Collectionneur avide de magazines originaux américains, chinés un peu partout afin qu'ils lui servent à élaborer tableaux et installations, il les déconstruit totalement, en les découpant : travail patient qui n'autorise aucun repentir. Mathias détourne les images et les textes, mélangeant, confrontant les diverses strates d'une histoire ou les amalgamant ; ainsi un nouveau discours se noue au fil des figures et des philactères.

 

Si l'artiste a souvent travaillé sur les figures de superhéros, il s'est concentré pour son exposition à Basta sur les textes, les bulles, et les onomatopées. Il présente une installation d'envergure : au sol, des comics dépecés, dont une partie des philactères sont découpés et épinglés au mur ; magazines et textes sont joints entre eux par de minces bandes de papier tissant un réseau à la fois léger et envahissant. L'ensemble forme une narration complétement déconstruite.

 

Dans cette vaste accumulation de papier, une figure particulière apparaît : Hulk, qui personnifie l'aspect double de l'humain : entre intellect et instinct, Dr Jeckyll et Mister Hyde... Par le biais de ce personnage, Mathias Schmied évoque l'expression amérindienne to run Amok, qui signifie être pris d'un accès de folie fièvreuse et meurtrière.

 

Ainsi, s'il s'approprie le monde lisse et superficiel des superhéros, peuplé d'icônes de notre passé juvénile, ce n'est que pour mieux recréer des histoires ordinaires d'anti-héros. Toute une culture pop qui n'a plus rien d'idéal après avoir été remaniée, reflet d'une tendance actuelle, entre vintage et trash.

Infos artiste(s) complémentaires :

 

mathias_schmied_dossier_de_presse.pdf



RETOUR