THREE THOUSAND PLACES  
MATHIEU BERNARD-REYMOND
25 janvier / 24 février 2007

Vernissage le jeudi 25 janvier 2007 dès 18h30

Il faut s'approcher, ou s'éloigner, on ne sait pas, pour saisir l'image au mur, réalisée par le photographe français Mathieu Bernard-Reymond pour l’espace Basta. Puis l'on voit une ville, enfin, une partie d'une ville: routes, immeubles, voitures, palmiers, petits personnages comme des playmobils minuscules. C'est les USA, Las Vegas vue du ciel grâce à l'espionnage satellite de Google Earth. Le vertige à l’horizontal, on est à 100 m du sol. Mais l’endroit importe peu, finalement, ce pourrait être une autre métropole anonyme.

 

Le paysage urbain apparaît morcelé, chaque parcelle découpée sur un badge, qui – assemblé à 3000 autres – forme une image hésitant entre réalité et fiction. On ne peut pas lire Three Thousand Places en une fois, ce qui nous oblige à construire notre propre narration, à chaque fois différente.

 

Par son support original (badges aimantés sur une plaque de métal), Three Thousand Places se démarque du travail habituel de Mathieu Bernard-–Reymond. On y retrouve cependant certaines de ses caractéristiques les plus intéressantes, comme l'intervention du photographe par l'informatique, la focalisation sur des centres villes à la fois hyper vivants et remplis de solitudes, une esthétique urbaine grouillante de détails.

 

 

 

"Dans mes images, il est question de paysage, d’environnement, et de la manière dont nous tentons d’exister dans un monde en perpétuel changement. Tout va si vite. Nous voyageons vite, nous construisons vite, nous vivons vite... un lien étrange fait de vitesse et d’illusion nous relie au monde. J’essaye de montrer cela dans mes images. Lorsque des personnages s’y trouvent, ils sont présentés comme des visiteurs et non comme des habitants. Ce sont des figures temporaires. Photographier, c’est exposer le paradoxe de l’image qui ressemble aujourd’hui au paradoxe de notre propre existence : un perpétuel aller-retour entre l’imaginaire et le réel, une tentative à la fois indispensable et perdue d’avance pour savoir où nous sommes."

 

Mathieu Bernard-Reymond

 

Infos artiste(s) complémentaires :

 

MBR_DP.pdf



RETOUR